Résumé d'une conférence
de Robin Christopherson

Let's Design for everyone, OK ?


Beyond Tellerrand — Berlin 2017

De quoi parle-t-il ?

Robin va nous éclairer sur l’utilisation des différentes technologies actuelles mais aussi à venir. Il nous expose son expérience professionnelle et appuie son avis à l’aide de vidéos. Il donne de l’importance à l’accessibilité du web sous toutes ses formes et surtout pour que chacun s’y retrouve.

La technologie à travers le handicap

Que ferions-nous si nous étions amenés à vivre autrement, avec un handicap physique ou mental, c’est peut-être déjà votre cas ?

Votre quotidien est chamboulé, vous aurez une autre manière de vivre et de penser. Il y a souvent des appréhensions négatives sur le handicap, alors que ces personnes comptent parmi les plus reconnaissantes, optimistes et positives. Il est intéressant de constater qu’avec la technologie à leurs côtés, leurs conditions sont équitables dans un cadre qui ne leur est peut-être pas adapté.

À travers une discussion qui intervient dans la conférence avec Maysoon Zayid, elle nous explique son invalidité. Dans son quotidien, elle est amenée à vivre avec des tremblements constants causés par une maladie congénitale dont elle a été victime par accident, dans le ventre de sa mère. Son intervention donne une touche d’autodérision sur son handicap et son expérience avec la maladie.

Le web pour tous

Qu’est-ce que le design inclusif signifie ?

Le design inclusif a pour but d’apprendre des différentes déficiences en s’inspirant des personnes avec un handicap pour améliorer ses interfaces et ainsi permettre un accès équitable à tout le monde, ou du moins, inclure le maximum de personnes possible.

Pour reprendre l’exemple de Robin Christopherson, si vous donnez un branche de céleri à Tiger Woods à la place d’un club de golf, il ne va pas être brillant. Il s’agit donc de donner les bonnes adaptations aux personnes avec des contraintes, ainsi, elles se débrouilleront aussi bien que quiconque.

L'accessibilité web, c’est quoi ?

Nous pensons que l'accessibilité web concerne le handicap, mais en réalité cela concerne l'universalité. Il s'agit de faire quelque chose d’accessible pour tous les utilisateurs, les personnes âgées, les personnes qui ne parlent pas anglais, les malentendants, les déficients visuels, les personnes à mobilité réduite, celles qui ont un appareil auditif, etc. et ce, quels que soient leur environnement et l’appareil qu’ils utilisent.

Gardez à l’esprit que nous sommes dans un monde d'abord mobile. En moyenne, le trafic quotidien vers un site web dépasse 50 % et dans certains cas, jusqu'à 75 % pour les appareils mobiles.

Un contenu accessible à chacun

Les personnes handicapées représentent une grande partie de la population et ne sont pas négligeables. Nous devons absolument rendre nos sites web faciles à utiliser pour tous. En rendant votre contenu plus accessible, plus de personnes dans plus d'endroits pourront lire vos informations et surtout, les comprendre plus facilement.

AbilityNet peut vous aider à rendre votre site web, vos applications et autres services numériques accessibles pour chaque client sur toutes les plateformes. Suivez leurs guides, faites-en une habitude, cela ne vous coûtera rien !

L’interface utilisateur

Aujourd'hui, l'interface utilisateur est devenue plus complexe dû au nombre de nouveaux appareils développés au cours des dernières années. Vous concevez, développez pour le web, de plus en plus pour mobile. Toujours à la recherche de l’évolution technologique, nous travaillons sur des écrans transparents, la réalité augmentée superposée mais ce dont nous entendons beaucoup parler, c’est l’OLED. Il est à la fois flexible et rigide, on peut par exemple transformer un écran en dispositif sonore, celui-ci devient alors l’émetteur de son. Toutes ces technologies seront partout dans les prochaines années.

Les lentilles de contact

L'avenir d’Internet, ce sont les lentilles de contact. Lorsque Internet sera dans des lentilles, vous clignerez des yeux et vous serrez en ligne. L'appareil ne prend pas seulement des photos et des vidéos, mais stocke également des données sans avoir besoin d'attacher un smartphone.

Que se passe-t-il quand vous avez une très petite interface utilisateur ?
Pour reprendre les paroles de M. Christopherson : les lentilles sont le plus petit format que l’on ait créé pour accéder aux données en ligne. L’interface ne remplira pas tout notre champ de vision, mais à moins de n’avoir aucun décalage lorsque nous déplaçons nos yeux, nous regardons un écran virtuel qui remplit tout notre champ de vision. Il faudrait autant de lentilles qu’il y a d’oeil différent pour s’adapter à la morphologie et à la qualité de la vision de chacun. Nous essayons toujours d’arriver à l’innovation des formats mais nous ne pouvons pas répondre de manière optimale aux conditions d’utilisations nécessaires.

Samsung utilise déjà ce type d’intelligence artificielle pour aider les personnes souffrant de plusieurs déficiences visuelles et cela s’appelle Relumino. Ce projet a été lancé grâce à un article qui affirmait que 92 % des personnes malvoyantes se divertissaient en regardant la télé. Comment était-ce possible ? En réalité, seulement 14 % des malvoyants sont totalement aveugles. Les 86 % restant ont une vision basse. Par conséquent, il est nécessaire d’offrir à ces personnes quelque chose de plus accessible et plus confortable pour l’utilisation de leurs smartphones et de la réalité virtuelle.

Évolution des technologies

Les technologies traditionnelles évoluent selon nos besoins, on minimise leur taille pour les rendre multifonctionnelles. Elles s’adaptent mieux à tous les types d’utilisateurs, même souffrant de handicaps divers.

Les assistants vocaux

Les assistants vocaux sortis dans le courant 2018 tels qu'Amazon Echo, Google Home et l’Homepod servent de passerelle pour utiliser Internet ou les appareils qui nous entourent en communiquant juste avec notre voix. Plus besoin d’écran, on communique directement sans interaction tactile, juste une voix synthétique issue de l'appareil nous répond. Ce qui nous donne plus de liberté dans nos actions et mouvement qu’importent nos handicaps.

Les Google Glass

Les utilisateurs ne sont pas toujours près aux nouvelles technologies. Les Google Glass sont un bon exemple, ce sont des lunettes intelligentes, leur accueil fut mitigé à cause de leur côté trop avant-gardiste. Avec le temps, elles pourraient être communes à notre vie quotidienne.

Les véhicules autonomes

Lors du mondial de l’automobile, General Motors annonce au grand public la commercialisation des voitures autonomes prévues pour 2019. En prévision, des véhicules autonomes capables de communiquer entre eux, conduisant seuls et respectant le code de la route. On réfléchit déjà à quoi ressemblerait une expérience inclusive dans ces voitures en combinant avec nos nouvelles technologies (gsm, google glass, tablettes, robotique, etc.).

Ce qu'il faut en retenir

De nos jours nous sommes accompagnés quotidiennement par différents supports comme : montres connectées, GPS automobiles, liseuses, smartphones, tablettes et pleins d’autres encore. Toutes ces technologies avancées sont interactives et multifonctionnelles. Elles ont été conçues pour améliorer notre confort utilisateur. Nous prenons alors conscience que nous somme tous différents autant qu’il existe de moyens d'interagir avec elles.

Regarder la conférence